Fourrure : la pression auprès des marques de prêt-à-porter

 

Dans le cadre de sa Campagne France Sans Fourrure 2016/2017, le Collectif Société Anti-Fourrure organisait une nouvelle manifestation statique devant la boutique Zapa au 75 rue du Commerce dans le 15ème arrondissement de Paris, le samedi 26 novembre.

Cliquez sur les liens orangés pour accéder à des informations complémentaires,
cliquez sur les photos pour les agrandir et pour lire les commentaires.

 

  • Après d’autres marques, Armani a cessé d’utiliser la fourrure animale en 2016

Giorgio Armani : « Les progrès technologiques réalisés au cours des années nous permettent de disposer d’alternatives valables, ce qui rend inutile l’usage de pratiques cruelles envers les animaux. En poursuivant le processus positif entrepris il y a longtemps, ma société fait à présent un grand pas en avant, ce qui reflète notre attention particulière sur les questions essentielles de protection et de respect de l’environnement et des animaux. »

Cette victoire a prouvé que c’est possible, grâce à ceux qui se mobilisent !

 

Récapitulatif des victoires du collectif Société Anti-Fourrure en cliquant sur ce texte.

 

  • Zapa

La marque Zapa s’était engagée en 2014, et à deux reprises, à ne plus commercialiser de fourrures animales. Le directeur se disait « conscient de leur responsabilité collective dans le massacre des animaux ».
A ce jour, il n’en n’est rien. La marque Zapa continue à commercialiser de la fourrure animale.

Aussi, suite à l’appel du Collectif Société Anti-Fourrure, les militants se sont rassemblés devant une boutique Zapa, ce samedi 26 novembre 2016, pour maintenir la pression.

 

  • Manif Anti Fourrure Zapa – Paris 26 novembre 2016

Le résumé vidéo de cette manifestation ne contient aucune image choquante.

Manif Anti Fourrure Zapa - Paris 26 novembre 2016

 

Le discours complet de Stéphanie Rossenu (Société Anti-Fourrure) :

 

Nous serons de nouveau présents devant cette même boutique Zapa en début d’année 2017.

Fourrure : ABOLITION !!!

  • Liens

https://societe-anti-fourrure.blogspot.fr/
https://societe-anti-fourrure.blogspot.fr/2016/08/manifestation-anti-fourrure-zapa.html
https://societe-anti-fourrure.blogspot.fr/2016/11/compte-rendu-et-photos-manifestation.html
https://www.facebook.com/Soci%C3%A9t%C3%A9-Anti-Fourrure-117807118323911/

 

Vire ta capuche !

 

Lors de sorties quotidiennes depuis qu’il fait froid, nous sommes effarés de voir le nombre de personnes portant un vêtement comportant une capuche bordée de vraie fourrure.

Les jeunes sont particulièrement sensibles à cette mode cruelle sans avoir conscience, pour la plupart, que leur belle capuche est à l’origine du martyr d’au moins un animal.

Cliquez sur les liens orangés pour accéder à des informations complémentaires.

 

 

Aussi, nous ne pouvons que nous associer et que relayer la campagne anti-fourrure « Mode Sans Fourrure » de l’association Animalter et particulièrement sa campagne 2016-2017 : VIRE TA CAPUCHE.

 

 

Consultez notre page anti-fourrure sur ce blog en cliquant sur ce lien.

 

La « tradition » corrida

La corrida est un spectacle barbare et cruel. Le principal argument de ses adeptes est qu’il s’agit d’une tradition …

Cliquez sur les liens orangés pour accéder à des informations complémentaires,
cliquez sur les photos pour les agrandir et pour lire les commentaires.

 

  • Un témoignage d’introduction …

Un extrait de l’interview d’une militante anti-corrida (04/10/2016) :

… c’est pas un spectacle, c’est une véritable boucherie, une barbarie. Il y a des gens, faut le savoir, des touristes qui y vont et qui sortent en pleurant … Beaucoup de gens sont choqués …

Cette militante anonyme était interviewée par Larbradoc (Isabelle Yvos) lors de la manifestation du 04 octobre 2016 devant le Sénat. Cette interview est à écouter ci-dessous :

 

Pour en savoir plus sur ce qu’est réellement un « spectacle » de corrida, voir la page Le << spectacle >> sur http://www.anticorrida.com/

En voici  quelques extraits :

L’anatomie d’un combat joué d’avance
Les « festivités » commencent aux sons d’une réjouissante fanfare de foire. Les toreros ouvrent le bal en défilant crânement dans les arènes. Le premier taureau est ensuite poussé dans l’antre de la mort… C’est parti pour vingt minutes d’épouvante !

Premier acte : LE TERCIO DE PIQUE

Plus ou moins meurtrier, les coups de pique doivent être précis :
plantés entre la quatrième et la septième vertèbre dorsale, ils coupent les muscles releveurs et extenseurs du cou,
entre les quatrième et sixième vertèbre cervicale, ils sectionnent les ligaments de la nuque.

Deuxième acte : LE TERCIO DE BANDERILLES

Le but inavouable de ce « jeu » est de faire évacuer le sang de l’animal pour l’empêcher d’avoir une hémorragie interne suite au « travail » du picador. On s’assure ainsi que le taureau ne flanchera pas avant la fin du spectacle.

Troisième acte : LE TERCIO DE MORT

Mais souvent, l’arme est mal plantée. Elle peut sortir par les flancs ou transpercer un poumon. La victime semble alors vomir son sang et meurt asphyxiée par une hémorragie interne. Quand le premier coup d’épée ne tue pas assez vite, un peon se glisse derrière le supplicié et d’un geste vif, retire l’épée. Il la rend alors au matador qui recommencera la mise à mort. Il arrive que les taureaux reçoivent ainsi six à sept coups d’épée, voire plus !

Le taureau bougera ses pattes sous la douleur insoutenable, il urinera de frayeur et son corps, luttant contre la mort, sera secoué de spasmes déchirants, puis sombrera peu à peu. …

Voir la page complète du « spectacle » en cliquant sur le lien ci-dessous :
http://www.anticorrida.com/corrida/le-spectacle/

Le film « Alinéa 3 » de Jérôme Lescure illustre parfaitement ce « spectacle » cruel et insoutenable. Il a été réalisé à partir d’images tournées durant l’été 2004 dans le sud de la France. Les personnes courageuses peuvent visionner ce film sur la page dédiée à la corrida sur ce blog.

 

  • Un spectacle barbare … mais légal !

« Le fait, publiquement ou non, d’exercer des sévices graves, ou de nature sexuelle, ou de commettre un acte de cruauté envers un animal domestique, ou apprivoisé, ou tenu en captivité, est puni de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende » selon l’article 521-1 du code pénal.

Mais l’alinéa 7 (anciennement alinéa 3) introduit 2 exceptions : « Les dispositions du présent article ne sont pas applicables aux courses de taureaux lorsqu’une tradition locale ininterrompue peut être invoquée. Elles ne sont pas non plus applicables aux combats de coqs dans les localités où une tradition ininterrompue peut être établie ».

Cet alinéa rend donc constitutionnellement possible de commettre des sévices graves et des actes de cruauté dans quelques endroits en France.

Un extrait d’un texte lu par Jean-Luc Bernard, militant anti-corrida, lors d’une action anti-corrida menée à proximité de l’Assemblée nationale le 02 juillet 2014 :

En résumé, un matador – tueur en espagnol – est en droit de torturer et de massacrer en toute impunité dans les municipalités de Nimes, de Bayonne, de Béziers, de Mont-De-Marsan. Et à contrario, il serait traduit en justice et puni de 2 ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende à Lyon, Lille, Marseille, Paris et sur la quasi totalité du territoire.

L’intégralité de cette partie du texte lu par Jean-Luc Bernard est à écouter ci-dessous :

 

  • La corrida : c’est quoi ?

Est-ce culturel de faire souffrir pendant de longues minutes, en spectacle, avec plaisir et devant de jeunes enfants, un être vivant sensible ?
Est-ce un art de le charcuter à cheval avec des lances, de lui planter des harpons au plus proche de ses vertèbres ?
Est-ce un sport de le transpercer de part en part avec des épées ?

Est-ce constitutionnel de mettre en bouillie, à coups de poignard, sa nuque et sa moelle épinière ?
Est-ce notre patrimoine de lui couper les oreilles et la queue au final, pour les exhiber en trophée aux spectateurs, alors que l’animal est parfois encore vivant ?

 

  • L’attitude de certains adeptes de la corrida …

Vidéo de Jean Marc Montegnies et Jerôme Lescure
(publiée le 13 octobre 2014 sur Youtube).

Rodilhan 08 10 2011 - Militants Anti Corrida payent le prix fort....! Graine de torero

 

 

  • Des subventions publiques pour couvrir des déficits abyssaux

Rien ne tient dans la corrida, pas même l’aspect économique. On fait naïvement ou habilement un amalgame entre la féria, qui certes génère une économie locale, et la corrida …
Les seuls qui profitent réellement de l’économie de la corrida sont les toréros et les éleveurs,  autant dire seulement quelques dizaines de personnes en France …

Des sommes astronomiques sont versées sous forme de subventions publiques par des municipalités, des conseils généraux, les conseils régionaux … car ces spectacles de sévices graves et actes de cruauté, attirent de moins en moins de spectateurs chaque année.

 

Les différents aspects de la corrida évoqués ci-dessus vous interpellent. Alors, écoutez Jean-Luc Bernard pour en savoir beaucoup plus :

 

  • Mieux vaut en rire qu’en pleurer

A l’occasion d’un grand colloque pro-corrida organisé au Sénat le 4 octobre 2016, Guillaume Meurice (France Inter) est parti à la rencontre de ceux qui militent pour la corrida.

LE MOMENT MEURICE consacré à la corrida a été diffusé par France Inter le 11 octobre 2016.

La corrida - Le Moment Meurice

 

  • Les Français et l’interdiction de la corrida

Un sondage réalisée par l’Ifop en février 2015 pour l’Alliance Anti-corrida montre que la corrida est réprouvée par 73 % des Français :

… aujourd’hui, l’interdiction des corridas avec mise à mort des taureaux en France est encouragée par près de trois quarts des interviewés (73%), notamment par les femmes (81%, +17 points par rapport aux hommes) ainsi que par les 18-24 ans (89%, +16 points par rapport à l’ensemble).

Télécharger les résultats de l’étude (pdf, 678 ko)

 

Alors, quand le souhait de cette grande majorité de français sera-t-il enfin pris en compte par les responsables politiques ?

 

 

Quand les propositions de loi déposées pour l’abolition de l’alinéa 7 de l’article 521-1 du code pénal seront-elles enfin mises à l’ordre du jour de l’Assemblée Nationale ?

Quand en aurons-nous fini avec cette barbarie d’un autre âge ?

Pour en savoir plus, voir aussi la page de ce blog dédiée à la corrida.