Pour la fermeture de l’élevage de Mézilles

 

Samedi 3 septembre 2016, une grande manifestation unitaire contre l’expérimentation animale et pour la promotion des méthodes substitutives a eu lieu à Mézilles dans l’Yonne (89).
A proximité de ce village se trouve le CEDS, Centre d’Elevage des Souches, qui « produit » chaque année des milliers de chiens à destination des laboratoires de vivisection.

Rappelons que l’expérimentation animale, c’est 11,5 millions d’animaux utilisés dans l’Union Européenne (chiffre 2011) :

  • 80 % de rongeurs et lapins
  • 20 % de chiens, chats, primates, oiseaux, porcs, poissons, mouches.

Domaines d’utilisation :

  • 46 % pour la recherche fondamentale
  • 19 % pour la recherche en pathologie humaine et vétérinaire
  • 14 % pour la production et le contrôle de qualité en médecine humaine et vétérinaire
  • 9 % pour les essais toxicologiques
  • les 12 % restant pour l’enseignement et « autre » non spécifié.

Source : La Lettre de Pro Anima N° 79 – Décembre 2015

Cliquez sur les liens orangés pour accéder à des informations complémentaires,
cliquez sur les photos pour les agrandir et pour lire les commentaires.

 

Cette manifestation est organisée, début septembre, tous les ans depuis 2010 à Mézilles (sauf en 2015) par le Collectif Contre l’Expérimentation et l’Exploitation Animale (CCE²A) :
http://ccea.fr/

Les informations rassemblées par le CCE²A et concernant le Centre d’Elevage Des Souches sont disponibles en cliquant sur ce lien :
http://ccea.fr/nos-campagnes/le-ceds-le-centre-delevage-des-souches/

 

En 2015, l’existence du CEDS de Mézilles a été dénoncée dans le cadre de la grande manifestation unitaire contre la vivisection du 05 septembre 2015 à Paris, Place de la Sorbonne.

 

Au cours de cette manifestation, nous avions pu enregistrer un certain nombre d’interventions et de scènes. Ces enregistrements ont fourni la matière à un article publié sur ce blog en septembre 2015 :

Plaidoyer contre l’expérimentation animale

 

  • Déroulement de la manifestation 2016 à Mézilles :

Le rendez-vous était fixé au village associatif  sur la place de l’Eglise de Mézilles.

 

La marche a cheminé à travers le village, puis les champs et les bois, jusqu’au Centre d’Elevage du Domaine des Souches distant de 3,5 km.

 

 

 

Cet élevage, appartenant à la famille Carré, est situé au coeur des bois. Après un arrêt militant devant le CEDS, dont l’accès était protégé par la Gendarmerie, ce fut le retour au village. Il faisait très chaud.

 

 

  • Voici en 3 minutes un petit aperçu de la manifestation 2016 :

 

 

L’évènement Facebook de la manifestation est accessible en cliquant sur ce lien.

 

  • L’interview par Auxerre TV de Marc Vallaud, président et fondateur du CCE²A 

Voici quelques extraits de cette interview :

Auxerre TV : … en débit de vos efforts et des manifestations, cela ne semble pas aboutir, ne pas influer sur le cours des choses …

Marc Vallaud : … c’est ce qui semble …
… aujourd’hui dans la réalité, il y a un décret qui est paru interdisant, les tests sur les animaux pour produire et vendre les cosmétiques.
… aujourd’hui, dans n’importe quelle surface, vous allez trouver des shampoings, des gel-douches avec des logos attestant que le produit n’a pas été testé sur les animaux.

… Le modèle biologique que représente l’animal n’est pas fiable.

… Je ne vais pas vous faire la liste de tous ces médicaments qui ont défrayé la chronique et tué des gens.

… Il faut sortir de cette logique ancestrale qui n’aboutit plus à rien.

… Le changement peut être mis en place grâce à une prise de conscience des militants qui passent par un stand, une manifestation, le boycott d’une entreprise et surtout la diffusion de l’information.

 


Interview de Marc Vallaud par Auxerre TV
Attention : une courte publicité peut s’insérer au cours de la vidéo. N’interrompez pas votre lecture.

 

  • L’interview par Auxerre TV de Audrey Jougla, auteur du livre « Profession : Animal de Laboratoire » :

 

Audrey Jougla a infiltré des laboratoires d’expérimentation animale pendant un an, dans le plus grand secret. Tous les soirs, elle consignait dans son journal, ses émotions de la journée.

Son livre « Profession : Animal de Laboratoire » fait suite à cette enquête exceptionnelle :

http://www.animaldelaboratoire.com/

 

 

Voici quelques extraits de l’interview de Audrey Jougla :

… Partir sur une piste scientifique, c’est seulement un aspect de la vivisection. Il y en a beaucoup d’autres, des aspects juridiques, des aspects éthiques, moraux, …

… C’est loin d’être un sujet simple. A mon sens, c’est le sujet le plus compliqué de la défense animale … cela questionne beaucoup notre humanité et ce que l’on s’octroie de faire par rapport aux autres …

… Le but de vivre ensemble, c’est de protéger les plus vulnérables et les plus faibles … les enfants, les personnes âgées, les handicapés, etc … la société est construite pour protéger ces personnes là. Pourquoi est-ce que les animaux feraient exception ? …

… La recherche fondamentale, c’est la curiosité scientifique en fait … et c’est finalement un champ de la recherche qui s’autorise une curiosité et énormément de souffrances sur les animaux sans avoir de comptes à rendre …

… Pour l’instant les résultats des expériences ne sont pas mis en commun, les résultats négatifs ne sont pas publiés, donc il y a des redondances d’expériences. Et pourquoi il y a de la redondance ? Parce que les laboratoires sont concurrents et chacun fait ses expériences de son côté …

… On ne parle pas du tout de bien-être de l’humanité, on parle de compétition entre des industriels …
… Il faut réorienter le débat sur la vivisection, sur ce que c’est réellement en fait. Ce n’est pas un débat entre philanthropes …

 

 


Interview de Audrey Jougla par Auxerre TV
Attention : une courte publicité peut s’insérer au cours de la vidéo. N’interrompez pas votre lecture.

 

Le reportage complet de Auxerre TV sur « La marche citoyennne 2016 de Mézilles contre la vivisection » est accessible en cliquant sur ce lien.

Pour en savoir plus sur sur le danger d’utiliser les données issues de l’expérimentation animale, et sur la promotion de méthodes plus modernes et plus fiables :
http://antidote-europe.org/
http://www.proanima.fr/
http://www.international-campaigns.org/
http://www.destination-enfer.com/
http://www.stopvivisection.eu/fr

 

 

Nous serons toujours nombreux tous les ans à Mézilles ou à Auxerre ou à Paris pour dénoncer les aberrations de l’expérimentation animale, sa cruauté et pour promouvoir les méthodes substitutives.

 

Si, comme nous, vous souhaitez la disparition de l’expérimentation animale, rejoignez les associations et participez aux diverses manifestations de protestation.
Soyons attentifs à n’acheter que des produits non testés sur les animaux. *
Sans l’expérimentation animale, des élevages comme celui de Mézilles ne seront plus « rentables » et cesseront alors leur activité.

* Pour qu’un produit soit réellement considéré comme non-testé sur les animaux, il faut que le produit fini, mais aussi chacun de ses composants soient non-testés sur les animaux.
Depuis mars 2013, un règlement européen interdit les tests sur les animaux pour la cosmétologie (ingrédients et produits finis).
Mais la Chine exigeant des tests sur les animaux pour les produits cosmétiques importés, les marques européennes exportant en Chine acceptent donc que leurs produits soient testés sur les animaux.
Vous trouverez sur ces liens les labels et les listes de produits non-testés sur les animaux ainsi que les produits vegan (non-testés et ne contenant pas de produits d’origine animale).

http://one-voice.fr/label
http://www.international-campaigns.org/bronzez-sans-cruaute/cosmetiques-ethiques-ic/
http://www.animalter.com/images/fiches_pour_agir/Cosmetique/Liste_cosmeto_animalter_06_2015.pdf
http://www.gaia.be/fr/produits-non-testes-sur-animaux
http://features.peta.org/cruelty-free-company-search/index.aspx
http://vegan.fr/media/pdf/tract-liste_ic.pdf

 

  • Supplément : la vidéo de « 12 MINUTES » consacrée à la vivisection

… ,c’est entre Paris, Le Havre, Lyon et Rome que l’épisode abordera les nouvelles voies de recherches sans animaux, les problématiques et aberrations de mener des recherches scientifiques utilisant le modèle animal pour l’humain. Le sujet y est abordé par des intervenants d’exception, notamment Pr Claude Reiss (biologiste moléculaire), Dr André Menache (vétérinaire), Eric Moreau (fondateur de « Stop aux animaux dans les labos »), Audrey Jougla (écrivaine : « profession : animal de laboratoire »), Laurence Abeille (députée EELV), Christiane Laupie (fondatrice de Pro-Anima), Paolo Bernini (député M5S)…

12 MINUTES - Épisode 4 : "VIVISECTION" (st : En, De, It, Pt, Ro, Fr)

 

Stop à la viande de chien et de chat en Corée du Sud

 

En Corée du Sud, la consommation de viande canine remonte à l’Antiquité.
2,5 millions de chiens sont mangés chaque année dont 1,2 million uniquement durant le festival de Boknal qui a lieu tous les ans entre mi-juillet et mi-août.
Les animaux sont généralement torturés avant d’être tués car on croit que la montée d’adrénaline avant la mort donne un meilleur goût à la viande. Cette croyance est très répandue dans d’autres pays en Asie.

(Cliquez sur les photos pour les agrandir et pour lire les commentaires)

 

 

Lundi 22 août 2016, une manifestation contre la consommation de viande de chien et de chat en Corée a eu lieu à Paris 7 ème à proximité de l’Ambassade de Corée du Sud.

 

 

Cette manifestation a été organisée par Schuchai Zhu qui a lu un texte adressé à l’Ambassadeur de Corée du Sud.

 

 

Des pancartes de sensibilisation ont été montrées aux passants et aux automobilistes. Une pétition était proposée à la signature. Elle a été ensuite remise à l’Ambassade.

 

 

 

 

Les chiens sont battus, électrocutés, brûlés ou ébouillantés vivants devant d’autres chiens qui attendent leur tour.
Les animaux vivent toute leur vie dans des cages exiguës et ne peuvent se déplacer.
Ils sont nourris par des déchets de restaurant, d’abattoirs ou autres et ne reçoivent jamais d’eau à boire même en cas de forte chaleur.

 

La Corée du sud est le seul pays qui possède des fermes d’élevage intensif de chiens uniquement pour la viande. Quand les animaux sont assez grands pour être vendus, ils sont transportés dans les magasins de vente.
Ensuite traités comme des objets, ils sont (pour le meilleur des cas) tués à coup de machette et dépecés ou tués par électrocution en accrochant une électrode a la langue du chien ou pendus lentement.
La chair est ensuite brûlée légèrement par une lampe à souder pour améliorer son apparence. A quelques occasions, l’animal reste encore vivant pendant qu’on le brûle, mourant finalement du choc.

 

Les coréens mangent du chien, surtout les hommes, parce qu’ils croient que cette viande est aphrodisiaque et qu’elle leur donne plus de performance sexuelle, et qu’elle rend endurant. Ceci est une croyance fausse bien sûr mais propagée par ceux qui y ont intérêts.

 

 

 

Les 2 vidéos ci-dessous montrent des scènes horribles.
Ames sensibles, passez votre chemin !

Shocking Cruelty of South Korean Dog Meat Industry(Undercover Video by Stop It! Korea)

La choquante cruauté de l’industrie de viande de chien en Corée du Sud (tournée en caméra cachée par Stop It! Corée).
Vidéo publiée le 17 août 2013.
La campagne STOP IT! KOREA  a été lancée le 13 juillet 2013 (Chobok, premier jour des trois jours du chien en Corée du Sud) par Humane Action Alliance.
http://www.careanimalrights.org/

 

Documentary trailer: Man bites dog in South Korea (update)

Bande annonce du documentaire : L’homme mange du chien en Corée du Sud.
Vidéo publiée le 8 décembre 2015.

 

  • La viande de chien est issue d’une longue tradition en Corée

Le trait culturel des coréens mangeant de la viande de chien a commencé depuis l’âge préhistorique. On élevait les chiens comme les autres animaux de boucherie (le porc, la chèvre et le bœuf). En particulier, pendant la Dynastie Chosun (1392 -1910), la viande de chien était si populaire qu’on vendait cette viande dans tous les restaurants. C’est-vous-dire que la viande de chien est issue d’une longue tradition en Corée. A cette époque, les gens du peuple souffraient de la famine à cause de la sécheresse et des mauvaises récoltes, ils reprenaient des forces en mangeant de la viande de chien.

A cette époque, les coréens n’élevaient pas d‘animaux auxquels on était attaché. Donc ils élevaient les chiens pour la viande comme on le fait avec les bœufs et les porcs.

En Corée, particulièrement en été, il y a les jours de canicule, que l’on appelle Boknal, Ces jours-là, on mangeait de la viande de chien pour reprendre de la vigueur. C’est-à-dire, on élevait un chien et à Boknal, pour surmonter la chaleur, on le mangeait. Et on invitait des personnes de sa famille et des amis. Ce fait culturel continue jusqu’à présent.

A l’époque de la Dynastie Chosun, il n’y avait pas l’habitude comme en Europe d’accepter un chien comme membre de sa famille. Mais maintenant, beaucoup de coréens ont un chien comme animal de compagnie. C’est pourquoi, il y a dans la Corée d’aujourd’hui deux opinions différentes concernant la consommation de viande de chien.

 

  • Les Boknal days

Ce sont 3 jours de festivités à cheval entre juillet et août et dont les dates varient en fonction du calendrier lunaire. En 2016, les Boknal days se sont tenus le dimanche 17 juillet, le mercredi 27 juillet et le mardi 16 août.

La viande de chiens cuisinée en ragoût peut être consommée toute l’année. Elle est censée aider à combattre la chaleur.
Le « boshintang » est un ragoût très épicé à base de viande de chien et de légumes. Ce potage est largement consommé durant les Boknal days.

  • La viande de chiens : une industrie illégale et motivée par le profit

Bien que la vente de viande de chiens ait été officiellement interdite en 1988 et que les restaurants n’ont, depuis 1984 plus le droit d’en servir, la pratique est toujours tolérée dans le pays. Une cour d’appel coréenne a en effet autorisé en 1996 la consommation de cette viande, en dépit de la législation.

Les élevages de chiens pour la viande sont illégaux et non déclarés.
A l’heure actuelle, les lois concernant l’industrie de la viande de chien sont très vagues, ce qui permet au gouvernement d’ignorer le problème.

Les Philippines et la Thaïlande ont interdit la consommation de viande de chien. D’autres pays avec la Corée du Sud continuent ouvertement cette pratique, comme la Chine, le Vietnam et l’Indonésie.

Tout chien peut être la proie cette l’industrie : les chiens “jaunes”, les chiens abandonnés, les chiens de race, les chiens d’exposition, les chiots non désirés provenant des usines à chiots, les chiens de refuge, les chiens malades, et même les Jindos (race coréenne de type spitz considéré comme un “trésor national” en Corée).

Tous ces chiens peuvent finir en viande y compris des chiens de compagnie volés à leur propriétaire.

 

  • Les chats sont souvent bouillis vivants pour faire des tonifiants

En Corée du Sud, dans le domaine alimentaire, les chats sont vendus vivants, pattes liées, sur les marchés locaux et aux différents restaurateurs.

Pour enlever leur fourrure rapidement, ils sont jetés vivants dans des casseroles d’eau bouillante, d’autres sont plaçés à plusieurs dans des sacs de jute et frappés violemment contre terre avant d’être écorchés encore vivants et bouillis. Certains vont même les brûler vifs, avec une torche au gaz pour faire disparaître leur fourrure.

Gingembre, dates et marrons sont ajoutés à la viande de chats pour en faire la populaire purée: Goyangi-soju. On retrouve ces sachets de « chats liquides » dans presque tous les magasins d’alimentation de la Corée du Sud et on vante ses vertus anti-rhumatismale.

 

  • Documentation (cliquez sur les liens orangés)

L’événement Facebook de la manifestation :
Manifestation contre la viande de chien en Corée

Le site internet de référence pour les chiens de Corée (page en français) :
http://koreandogs.org/french/

Une association (présidée par Marc Ching) oeuvrant pour les animaux en Corée : http://www.animalhopeandwellness.org/

Le site internet de Nami Kim – qui sauve et fait adopter des chiens de Corée :
http://savekoreandogs.org/

A propos du festival de Boknal :
(ces articles proposent des pétitions à signer)

http://wamiz.com/chiens/actu/boknal-festival-horreur-dont-connaissent-existence

http://www.actuanimaux.com/actualites/articles/festival-de-boknal-quand-linacceptable-divertit-le-peuple

http://www.holidogtimes.com/fr/apres-yulin-un-autre-festival-de-lhorreur-se-prepare-et-personne-nest-au-courant/

A propos des chats (et des chiens) :
http://www.massacreanimal.org/fr/chiens_chats_asie.php

 

  • Pour agir

Schuchai Zhu (23 août) :

Après les manifs, voici l’action Web à diffuser un maximum ! merci !

Action Web : voici le courrier en coréen qui est identique au discours que j’ai prononcé et que vous pouvez envoyer aux liens emails joints.
N’oubliez pas de mettre vos coordonnées.

Vous pourrez trouver toutes ces informations (courrier et adresses mails) sur ces pages :
http://koreandogs.org/17010-2/
http://koreandogs.org/what-you-can-do/contacts-for-protest/email-gov/

 

Stop au festival de Yulin !

 

Première manifestation en France contre le festival de viande de chiens et de chats qui a lieu tous les ans en Chine, du 21 juin au 23 juin, à YULIN (province de Guangxi).

(Cliquez sur les photos pour les agrandir et pour lire les commentaires, cliquez sur les liens orangés pour accéder à des informations complémentaires)

 

Yulin, c’est ça …

10 000 chiens et 4000 chats sont mangés dans des conditions particulièrement cruelles au cours de ce festival.

 

Cette manifestation, organisée par Christophe Lepretre et Schuchai Zhu, s’est tenue avenue George V (8me) le 14 juin 2016, à proximité de l’ambassade de Chine.

 

La vidéo de cette première manif anti-Yulin à Paris qui, espérons le, sera la dernière (on peut toujours rêver) !

 

 

 

L’événement Facebook où vous trouverez plein d’informations, de photos et de commentaires en cliquant sur ce lien orangé.

 

 

 

Quelques photos prises au cours de la manifestation …

 

Fondation Brigitte Bardot
14 juin, 19:12

‪#‎StopYulin‬
La FBB demande à être de nouveau reçue à l’Ambassade de Chine pour remettre sa pétition qui compte près de 140 000 signatures ! Faites la connaitre autour de vous !
http://www.fondationbrigittebardot.fr/agir/petitions/yulin